Mon parcours raconté

J’ai commencé ma carrière dans l’administration (à la caisse d’Allocation Familale d’Avignon), j’ai très vite compris que le statut de fonctionnaire n’était pas fait pour moi et j’étais déjà très intéressé par l’informatique si bien que je suivais des cours du soir au CNAM jusqu’à ce que je puisse bénéficier d’un congé formation pour suivre un stage AFPA de 9 mois d’Analyste programmeur à Marseille.

A l’issue de ce stage j’ai trouvé un emploi de programmeur chez Ducros & Frères basée à Carpentras dans le Vaucluse pour un projet de réalisation d’un module achat et d’adaptation du module de gestion des stocks du logiciel MACPAC. J’ai pris en charge l’analyse et la réalisation d’une grande partie de la gestion des achats. Au bout de 3 ans je voulais évoluer vers un poste à responsabilité, poste que Ducros ne pouvait m’offrir, je me suis alors tourné vers un poste de responsable de l’informatique de gestion chez Etude et Fabrication Dowell Schlumberger à Saint Etienne.

Je me suis occupé de la maintenance du logiciel de GPAO MAPICS et de la réalisation de modules spécifiques, pour cela j’ai acheté l’AGL ADELIA (AS400) pour accélérer les développements. Après une année passée à gérer seul l’informatique de gestion, j’ai été contacté par le responsable informatique de la société Ducros & Fils basée à Monteux dans le Vaucluse pour participer à un projet d’informatisation de la filiale Espagnole du Groupe.

J’ai donc rejoint la société Ducros & Fils dont l’activité principale est la distribution des produits liés à l’agroalimentaire (Epices, …), j’ai été engagé comme chef de projet pour traduire, adapter et mettre en œuvre le logiciel de gestion commerciale de la maison mère pour la filiale Espagnole. Avec l’aide d’un programmeur et après plus d’un an de travail j’ai démarré la filiale et maintenue le logiciel jusqu’à mon départ en 1992.

En 1992 la société CIS de Monaco cherchait un spécialiste ADELIA pour participer au développement d’un logiciel bancaire intégré et j’ai été engagé pour suivre les développements, mettre en place des standards, concevoir et développer des modules du logiciel bancaire.

J’ai été en charge des projets de mise en œuvre chez les premiers clients qu’étaient CaixaBank Monaco et BTM (banques avec une seule agence) et après le succès de CaixaBank Monaco, sa maison Mère la Caixa s’est intéressé à notre logiciel et a décidé de lancer un projet d’adaptation du logiciel développé à Monaco pour la filiale Française CaixaBank France (Banque de réseau de 50 agences).

J’ai assuré le transfert de connaissance à l’équipe projet basée à Barcelone durant 18 mois avec des déplacements du lundi au vendredi, j’ai ensuite été rappelé sur Monaco pour participer au projet de mise en œuvre du logiciel CIS pour la Banque Barclays.

J’ai commencé comme chef de projet chargé de l’étude des besoins et de l’intégration et après des différents entre le client et le directeur de projet, le client a insisté pour que j’assure la direction du projet d’implémentation du logiciel Bancaire.

Après deux ans de projet, nous avons réussi la migration du système d’information de la banque vers le logiciel CIS, on m’a ensuite confié les projets de passage à l’Euro et à l’an 2000.

En 2000, EDS (Electronic Data Systems) était en pleine restructuration et comme l’entité de Monaco n’arrivait pas à atteindre l’équilibre Financier, il a été décidé de réduire le personnel et après ce plan social, j’ai été nommé directeur de l’agence à la tête d’une équipe réduite (4 personnes).

Le logiciel développé avec ADELIA sur AS400 commençait à prendre de l’âge, j’ai donc proposé à notre client qui était Barclays la modernisation des applications, nous avons réalisé un outil basé sur une interface Web (Client léger) destiné aux chargés de clientèle et son succès a généré de nouveaux besoins si bien que nous avons dû embaucher pour passer d’une équipe de 5 personnes en 2002 à une équipe de 12 personnes en 2011.

Enfin en septembre 2011, notre client principal a décidé de migrer son système d’information de CIS vers AVALOQ, j’ai assuré pendant cette période le support fonctionnel bancaire et le pilotage du projet d’extraction des données du système source tout en facilitant la migration des données vers AVALOQ. J’ai également entrepris des actions commerciales pour palier à la fin du contrat de Barclays qui représentait à lui tout seul 95% de notre CA annuel mais ces actions n’ont malheureusement pas abouties.

En mars 2014, Barclays a enfin pu migrer vers AVALOQ et ce qui signifiait pour Monaco la fermeture de l’agence. J’ai donc exécuté les plans de transition pour les clients Banque Pasche, EFG et surtout Barclays et avons fermé le 30 juin 2014, cette fermeture a été accompagné du licenciement collectif de l’équipe pour des raisons économiques.

En mai 2015, après une période de chômage, j’ai été embauché par la banque EFG à Monaco dans laquelle j’ai occupé un poste au sein du service informatique assurant des tâches d’administration des systèmes et de réseaux ainsi que des tâches de maintenance informatique (gestion des versions des configurations des postes clients et des serveurs, remplacement de PC, pilotage et suivi de la production informatique, dépannage PC et imprimantes). Ce dernier poste ne correspondait pas à mon expérience et au poste qui m’était réservé (responsable administratif et informatique d’une nouvelle entité de la banque qui n’a jamais vu le jour), j’ai alors postulé pour un poste de directeur de projet en sein la Société SAB Ingénierie et Informatique que j’ai intégré en février 2016 pour m’occuper des clients du secteur de la banque privée et en particulier à Monaco.

SAB m’a confié deux projets majeurs comme la montée de version de SAB pour la Compagnie Monégasque de Banque (CMB à Monaco) et la migration du système d’information de la banque Algérienne Banque de Développement Local (BDL). Le projet CMB a été arrêté par le client en août 2016 suite à des différents contractuels entre les 2 sociétés et j’ai alors été affecté au projet BDL comme directeur de projet avec des déplacements fréquents en Algérie (toutes les semaines et avec des durées allant de 4 jours à 4 semaines). Des différences de points de vue dans la gestion du service client et l’absence de projet dans le domaine de la banque privée ont conduit la direction de SAB à me proposer une rupture conventionnelle que j’ai finie par accepter suite à une longue période de frustration et de mal-être.